Greffes gingivales

Greffes gingivales

La récession gingivale

Le déchaussement de la gencive, aussi appelé récession, résulte en une exposition de la racine de la dent. Ce processus peut être progressif et exposer de plus en plus la surface de la racine.

Une récession avancée peut mettre en danger la survie de la dent. Certaines récessions peuvent créer des régions difficiles à nettoyer. Si ces régions ne sont pas brossées adéquatement, les dépôts de plaque vont causer de l’inflammation (gingivite).

La gingivite pourra évoluer en parodontite et va accélérer le déchaussement. Les racines des dents qui souffrent de récessions peuvent aussi être plus sensibles au froid. Sans intervention, la progression de la récession peut éventuellement causer la perte de la dent touchée.

Un suivi nécessaire

D’autre part, certaines récessions gingivales font partie de l’évolution physiologique de l’état de notre dentition. En d’autres termes, elles font partie du phénomène de vieillissement. Un examen ponctuel mais surtout dans le temps est le meilleur moyen de juger de la pertinence de procéder à un traitement pour la réduction, la stabilisation ou l’élimination d’une récession.

En effet, plusieurs critères objectifs et subjectifs sont pris en compte avant de prendre la décision d’intervenir. Plusieurs approches et matériaux sont disponibles pour effectuer une greffe gingivale sur une ou plusieurs dents simultanément ou non. Le choix de l’approche et du matériau comporte un certain nombre d’avantages, de risques et de désavantages. Il est crucial d’être informé de façon exhaustive de ces différents aspects avant d’entreprendre un traitement de cette nature.

Voici quelques exemples de traitements de greffes gingivales avec des procédés et approches variés :

Greffe de tissu conjonctif

La greffe de tissu conjonctif est la méthode la plus utilisée pour couvrir la racine de la dent déchaussée. La greffe est prise au palais est placée au dessus de la récession pour renforcer la gencive attachée, améliorer l’esthétique et réduire la sensibilité.

Les greffes qui utilisent nos propres tissus, comme les greffes de tissu conjonctif et les greffes libres, sont les greffes qui ont le meilleur pronostic de stabilité et de durabilité et ce depuis plus d’un demi-siècle.

Greffe libre

La greffe libre a pour but d’augmenter l’épaisseur de la gencive pour éviter une récession future car un tissu mince est plus susceptible à la récession et à l’inflammation.

Cette technique peut recouvrir la racine exposée mais le but principal de l’intervention est d’épaissir la gencive qui est mince et fragile.

Greffe gingivale avec autre tissu que le sien

Il existe actuellement une panoplie de moyens pour faire des greffes gingivales sans avoir recours à son propre tissu qui provient habituellement du palais.

En effet, du tissu humain ou d’autres tissus d’origine diverses peuvent servir comme matériau pour une greffe gingivale avec les avantages, les désavantages et les risques associés à son utilisation. Il est primordial d’analyser chaque cas de façon assez critique afin de confirmer la validité d’utiliser de tels matériaux d’une part et exposer clairement les risques et les attentes des traitements éventuels.

Quand les cas sont bien sélectionnés et les attentes bien clarifiées, les résultats peuvent être très satisfaisants.

La guérison suite à une greffe

La guérison du palais, tout en étant plutôt incommodante et pas plus (selon les dires de la plupart de nos patients), elle se fait de façon plutôt acceptable en général. Le tout revient à la presque normalité dans un horizon de deux à trois semaines. Au cours de la première semaine, où l’inconfort peut être maximal, le site donneur du palais est protégé par un pansement étanche et adhérent qui évite tout contact de la plaie avec ce que l’on mange.